Séminaire mensuel

Séminaire Pilotage des Organisations

15 janvier 2019
9h30 - 12h

Cnam, 40 rue des Jeûneurs, Paris 2ème (M° Bourse ou Grands Boulevards), salle A 210.

Ce séminaire a vocation à créer un espace de discussion scientifique pour les chercheurs de l’équipe de recherche PO du Lirsa et tous les chercheurs qui souhaitent présenter et discuter leurs travaux publiés ou en cours.

Coskun CAKAR (Lirsa) : "Big data : la fin ou le renouveau de l'approche par les risques en audit ?"

Ce projet d’article traite des conséquences du recours aux données massives pour l’analyse des risques, élément constitutif de la méthodologie de l’audit externe. Le BRA est la forme la plus aboutie d’analyse des risques en audit apparue depuis une vingtaine d’années. Il repose sur un élargissement du champ d’analyse des risques en intégrant les dimensions stratégiques et opérationnelles au-delà des transactions et des processus financiers. Les travaux existants démontrent que la méthode du BRA reste en pratique partiellement mise en œuvre en raison de difficultés pratiques liées à la nature des données et aux compétences des auditeurs. L’objectif de cet article, fondé sur une revue de littérature, est d’analyser dans quelle mesure le Big Data remet en cause l’approche par les risques ou au contraire favorise et accélère la mise en œuvre de sa version la plus récente le Business Risk Auditing (BRA). Les résultats issus de la revue de littérature complétée par des entretiens indiquent que le Big Data devrait contribuer à une mise en œuvre effective du BRA pour deux raisons : des capacités de collecte et de traitement des données et une réduction des biais cognitifs liés au jugement dans l’appréciation des risques. En revanche, quelques conditions préalables doivent être satisfaites.

Sébastien STENGER (HEC) : "Le management des Big Four : de la distinction à la soumission"

Les cabinets « Big Four » (KPMG, Ernst and Young, PricewaterhouseCoopers et Deloitte) sont les quatre plus grands groupes de conseil et d’audit au monde, proposant une multitude de services aux entreprises. Ils occupent une place centrale dans le monde économique et constituent une carte de visite prestigieuse permettant d’accélérer les carrières de ceux qui y travaillent. Cette enquête analyse leur fonctionnement ainsi que les valeurs que partagent leurs membres et offre ainsi un aperçu de l’éthique de cette élite des affaires dont le succès auprès des jeunes recrues ne
se dément pas. Ces cabinets sont marqués par une vie courtisane très forte et les salariés les rejoignent moins par référence au métier que par attirance pour l’idée de compétition. Le passage par l’un d’eux a une fonction de distinction sociale qui donne aux individus le sentiment d’appartenir à une élite sélective : le goût du classement, la capacité à résister au stress, à la fatigue, à une charge de travail colossale, sont des signes de supériorité qui définissent la valeur de l’expérience. Le travail tend donc à être vécu comme un sport où, à défaut de convictions personnelles sur l’utilité du métier, l’important est de se démarquer.

Sébastien Stenger, titulaire d’un doctorat en management d’HEC Paris, est enseignant chercheur à l’ISG. Son travail porte sur les méthodes de management des cabinets d’audit et de conseil, et a été publié dans plusieurs journaux internationaux (ORM, WES etc.). Il a publié aux PUF "Au coeur des cabinets d'audit et de conseil" qui a reçu le prix de la recherche universitaire en sciences humaines du journal Le Monde et le prix du meilleur ouvrage de management de la FNEGE en 2018.